La dignité de la personne humaine est aujourd’hui au cœur de tous les débats sociétaux. L’intensité des affrontements intellectuels ne rend que plus urgente la réflexion sur son fondement, et sur ce qui permet la reconnaissance mutuelle des personnes en tant que telles. Ainsi, les questions « qu’est-ce qu’une personne ? » et « qui est une personne ? » s’appellent l’une l’autre. C’est à cette exigence que l’on tente de répondre ici, en référence à des philosophes majeurs de la modernité, dont la prégnance dans les débats actuels, quoique souvent inconsciente, est indéniable. On cherche ainsi, par-delà les approches de l’idéalisme d’inspiration cartésienne ou kantienne, à réhabiliter une conception de la personne qui la pense à partir de sa corporéité, et non pas seulement de sa spiritualité. Les notions de liberté et de responsabilité personnelles étant ici centrales, un examen complémentaire des positions de Spinoza à leur sujet est présenté en annexe.

Michel Nodé-Langlois, ancien élève de l’École Normale Supérieure, agrégé de philosophie, est professeur honoraire de Première supérieure (khâgne classique) au lycée Pierre-de-Fermat, et chargé d’enseignement honoraire à l’Institut Catholique de Toulouse.

Paris, PUIPC, mai 2014, avril 124 pages - 13 €

JPG - 397.8 ko