« Quelles que soient les fonctions et les missions que la société puisse confier à un éducateur, sa première tâche est de porter le témoignage d’une humanité authentiquement humaine. Ne pas vivre en deçà de l’humain, ne pas vivre contre l’homme, mais toujours chercher par vents et marées les chemins qui le conduisent dans la singularité de sa personne à sa propre humanité. Tâche immense, difficile, pilier fondamental de la justice et de la concorde entre les citoyens, l’œuvre éducative n’en est pas moins discrète comme tout ce qui se situe dans les fondements. L’éducateur porte en lui-même et sème dans le terrain social cette question qui le hante : un homme, c’est quoi ? ; un homme, c’est qui ? Qu’est-ce qui est engagé en l’homme et auquel il doit répondre face à lui-même et face aux autres pour révéler sa dignité personnelle d’être humain ? C’est par l’exigence première et constante d’un travail sur lui-même qu’un éducateur peut s’engager dans cette œuvre de vie. » Ces vingt-deux lettres de Pierre Durrande destinées à Grégor, jeune homme s’apprêtant à entrer en formation d’éducateur spécialisé, pourraient être lues, tant elles sont essentielles, par tous les éducateurs, spécialisés ou non, et par toutes les personnes exerçant ou voulant exercer un métier où est vivant et présent le souci d’éduquer.

L’AUTEUR

Pierre Durrande, philosophe, ancien de l’IPC, est actuellement directeur des études des centres de préformation d’éducateurs de la Fondation d’Auteuil.

PDF - 467.2 ko
Présentation