70, avenue Denfert-Rochereau
75014 PARIS
Nous écrire
Tél. : +33 (0)1 43 35 38 50

Produit


Cahier 67 “Religion et autonomie politique chez Castoriadis” de T. Collin

0,00

Description

La perspective de la pensée de Castoriadis est de mettre en oeuvre un nouveau régime de pensée, l’imaginaire instituant, pour rendre compte de la nouveauté sans le ramener à une cause, un autre. Voulant rejeter tout facteur de démission, pour que chacun soit acteur autonome au sein de l’élément social historique, il se heurte à une difficulté de taille. Il lui est, en effet, nécessaire de dénoncer l’idolâtrie du religieux appelé comme réponse à la question de l’origine des significations. Mais est-il possible de se passer de ce rôle attribué à la religion ? Si la socialisation est irréductible à toute individualité, comment dire qu’il y a auto-institution ? Comment poser à la fois une activité et une passivité dans le social historique ? Castoriadis répond avec l’imaginaire ; celui-ci n’est pas une faculté qui passe à l’acte, mais ce qui subsiste antérieurement à celle-ci, ne s’exprimant pas dans le langage ontologique. Cependant cette altérité interne à l’imagination radicale ne condamne-t-elle pas comme utopique le projet politique d’autonomie ? La mise en évidence de l’immersion de l’homme dans la temporalité est la révélation que l’homme se retrouve seul face à lui-même, c’est-à-dire face à l’action. ne pouvant connaître ce qui est inconnaissable, il doit le créer.

Thibaud Collin, agrégé de philosophie, est professeur en classes préparatoires.

Nullam in mattis leo. luctus pulvinar