70, avenue Denfert-Rochereau
75014 PARIS
Nous écrire
Tél. : +33 (0)1 43 35 38 50

Produit


Cahier n°77 “L’action involontaire est-elle possible ?” de D. La Balme

0,00

Catégorie : Étiquette :

Description

De nombreux actes « involontaires » semblent en fait réaliser le désir irréfléchi ou inavoué de leur auteur. Peut-on encore les qualifier d’actes involontaires ? Les deux termes semblent incompatibles. Freud, lui, rejette tout involontaire, et donc toute possibilité d’excuse, en rattachant tout acte à une intention, même enfouie au fond de l’inconscient. Les distinctions d’Aristote quant aux causes d’involontaire sont éclairantes. Cependant, demeure aussi la responsabilité de cette ignorance ou maladresse, que traduit également le besoin de s’excuser. De même, la perspective freudienne en soulignant une certaine intentionnalité des dynamismes affectifs retrouve le sens large de ce qui est volontaire. Seule une conception globale de la personne, considérée dans toute sa complexité, ses limites et son histoire, peut permettre de mesurer la juste part de responsabilité de ses actes.

Denis La Balme, agrégé de Philosophie, professeur en classes préparatoires commerciales, est chargé de cours à l’IPC.

diam ante. felis lectus eget leo nunc ut sed tempus