70, avenue Denfert-Rochereau
75014 PARIS
Nous écrire
Tél. : +33 (0)1 43 35 38 50

Produit


Cahier n°69 “L’initiative motrice : existe-t-il des neurones de la décision ?” de C. Didier et C. Evrard

0,00

Catégorie : Étiquette :

Description

Les mesures de l’activité cérébrale ont permis, avec l’expérience de Libet, de mettre en évidence qu’un potentiel de préparation motrice, préalable à une action, précède la volonté consciente d’agir, qui ne se manifeste que quelques 239 millisecondes avant les contractions musculaires. Mais on ne peut en conclure que la science ait prouvé que notre intention d’agir est illusoire, dépend de nos neurones. Cette expérience manifeste aussi la possibilité de refuser l’action initiée par le potentiel de préparation motrice. Celui-ci n’est pas déterminant et ne peut représenter adéquatement la décision. La distinction établie par Searle entre l’intention préalable – le but voulu qui précède toute action et n’est pas sensible – et l’intention en acte qui guide concrètement l’action, éclaire le plan sur lequel se situent le potentiel de préparation immédiate et les fonctions cérébrales dans la mise en oeuvre d’une décision. Le cerveau peut alors être considéré comme l’instrument de la liberté et non son empêchement, en reprenant ainsi la position d’Eccles, et avant lui de Bergson.

Caroline Didier et Constance Evrard, promotion XXXVII ont réalisé ce travail dans le cadre du cours de neurophysiologie de M. Jean-François Lambert.

dapibus in leo. sit Praesent libero. vulputate, amet, lectus Sed